Qui, quoi et alors ?

Qui ?

Dans son travail de création de papier peint, Rachel Hipszman part de motifs érotiques et les transfigure. Postures, poses et gestes restent à l’état d’esquisses, comme des promesses et s’assemblent à la façon de compositions florales pour donner un all-over de chair, tel un collage cinématographique.

Quoi ?

La profusion des formes flirte avec le néant et un certain degré de chaos. On ne distingue plus ce que l’on regarde, pour ne plus le juger, le ranger dans une catégorie. Les formes constituent un bestiaire rendu encore plus étrange par le jeu de miroir et de symétrie. L’oeuvre est un abandon consenti, rieur et jouissif, teinté d’humour. Une offrande poétique empruntée au registre des figures imposées des modèles de jouir.

Et alors ?

Le dessin s’abandonne perdu dans l’informel. La mécanique des organes devient pure rythmique. Tantôt figuratif, tantôt abstrait, offrant avec une double lecture, de près et de loin, pour en découdre avec les possibles et se masser les émotions. Erostick défie la création pour stimuler l’imagination !